Aller au contenu principal
Menu
OUPS! Vous n'avez pas pu être géolocalisé!
< Retour aux actualités

Saga d’une marque pionnière de la lutte contre l’antibiorésistance en élevage !

La Journée Européenne d’Information sur les Antibiotiques se tient chaque 18 novembre, une bonne occasion de faire le point sur les enjeux de la lutte contre l’antibiorésistance et le chemin parcouru depuis le lancement de notre « Jambon Bien Élevé ». C’était fin 2014, le cahier des charges garantissait l’absence de traitement antibiotique dès la fin du sevrage des animaux. Depuis 2018, c’est sur toute la vie de l’animal que cette garantie est apportée. Un chantier d’ampleur dans lequel l’arrêt de la castration des porcelets a également joué un rôle significatif.

L’objectif de la lutte contre l’antibiorésistance est de préserver l’efficacité des antibiotiques pour combattre les infections bactériennes. Le seul moyen d’y parvenir est de limiter l’utilisation des antibiotiques en médecine humaine et vétérinaire.

Dès 2014, forts de plus de 3 ans de R & D et de tests en élevage, les éleveurs Brocéliande mettent en place une démarche globale pour élever des cochons sans antibiotique dès la fin du sevrage. Elle repose sur 3 piliers :

  • l’amélioration de la robustesse des animaux, un axe auquel l’arrêt de la castration contribue significativement (une plaie en moins c’est un risque d’infection en moins); 
  • le renforcement des règles d’hygiène (pour limiter l’entrée des bactéries en élevage);
  • l’utilisation d’alternatives en première intention pour soigner les animaux.

En 2018, nos éleveurs Brocéliande parviennent à exclure totalement l’usage des antibiotiques. Cette avancée s’explique à la fois par la mise en place d’un suivi individualisé des cochons via des boucles connectées et un travail de fond sur l’alimentation des truies comme des porcelets. L’enjeu est de réduire les troubles gastriques du porcelet passant du lait maternel à une alimentation solide.

Représentant un travail et des investissements de modernisation conséquents pour les éleveurs, cette démarche leur apporte également une meilleure rémunération. Les chiffres parlent d’eux-mêmes pour attester de leur adhésion à la stratégie de création de valeur engagée de longue date à l’échelle de notre coopérative. 

  • Fin 2014, 50 éleveurs de la coopérative élevaient leurs cochons sans antibiotique dès la fin du sevrage. Ils sont 10 fois plus aujourd’hui (536 en sept 2020) !
  • Les éleveurs Brocéliande, qui depuis 2018 garantissent l’absence de traitement antibiotique tout au long de la vie de l’animal sont actuellement plus de 200.

Pour résumer : une réponse aux attentes du marché et de la société et une bonne illustration du rôle de la R & D en agriculture. Sujet sur lequel nous reviendrons !

L'équipe Brocéliande 

< Article précédent